Mar 31 2008

Un certain dimanche de Pâques

Publié par à 12:42 dans Shooting photo

Shooting voie féréeIl y a les séances traditionnelles, où l’on peut se marrer un peu, beaucoup, passionnément, et puis celles totalement improvisées où l’impression générale est que cela part dans tous les sens. Le soir, quand on rentre chez soi, on est heureux d’avoir passé un si bon moment, et on est pourtant à mille lieues de penser aux photos. Et le lendemain ou le surlendemain, ô surprise ! Des photos vous attendent dans votre mailbox, et elles sont chouettes comme tout, en plus !
C’est exactement ce qui est arrivé dimanche dernier (23 mars 2008).

On devait se réunir, pour le simple plaisir de se revoir, papoter un peu, etc… Du moins, c’est ce que je croyais. Je plaide coupable : depuis mon retour de vacances, j’étais complètement à l’Ouest, et bien que mon corps était en Belgique, la moitié de mes neurones semblaient être restés quelque part entre Marrakech et Merzouga. Et j’avais un peu zappé le fait que nous risquions de faire des photos.

BandidaLa veille, branle-bas de combat : je reprends racine et je jette 2-3 trucs dans un sac, histoire de… au cas où…
Une fois arrivée, véhiculée par les bons soins de Didier Blanc, un grand homme, un photographe dont la sensibilité touche jusqu’aux tréfonds de l’âme de ses modèles, j’y retrouve mon ami, mon complice, mon joyeux pote, Yves Cambier, ainsi que Fabrice Coppens, dit Pimpon, que je connais peu mais dont j’apprécie l’humour et la conversation, et aussi Babylie, femme de tête autant que femme de cœur, et modèle dont j’aime autant le travail que la compagnie.
On mange, on discute, on rigole, on évoque de vieux souvenirs… Il semble d’ailleurs que plus je parle et je ris, plus mon cerveau émerge des brumes sahariennes dont lesquelles il était encore plongé. Et, j’ignore comment, mais en quelques minutes, suite à l’impulsion de je ne sais plus qui (mais comme cette personne a été bien inspirée !), Babylie et moi nous nous retrouvons déguisées en espèces de Bandidas futuristes, à mi-chemin entre « Matrix » et « Les sept mercenaires », version 100% pure féminine, bien sûr.
On part à la gare désaffectée. Sortie de la voiture, je tricote sur mes cuissardes à talons hauts, à un tel point qu’on doit m’aider à me déplacer. Je me marre un bon coup : et dire que le résultat risque d’être sexy en diable, alors qu’en back-stage, je marche comme un canard nonagénaire !

BackstageOn shoote : Babylie et moi ne savons pas où regarder, avec ces 3 objectifs, ça fuse de tous les côtés. On essaie juste de rester dans les personnages, et pour le reste, que nos 3 joyeux lurons se débrouillent ! Et car nous ne sommes pas très loin de la route, les voitures ralentissent. Soit les gens sont curieux , et ne disent rien, soit ils nous lancent quelques quolibets. Hélas, nous avons aussi entendu des remarques obscènes et injurieuses. Ca me rend folle de rage, mais bon tant pis… A connard, connasse et demie, et je ne peux m’empêcher de répondre.
A bout d’un temps qui me parut à la fois très long et très court, le froid et la fatigue ayant eu raisons de nos os (et toujours ces maudites bottes dans lesquels mes pieds gonflent à vitesse grand V), nous replions le camp et nous rentrons. La journée se termine sous le même mode papotage, et je ne pense plus aux photos à venir que d’un seul neurone.

BabylieDès le lendemain, pourtant, oh surprise ! Les photos arrivent par camions entiers, autant de chouettes backstages très drôles que de purs chefs-d’œuvres, tant d’un point de vue technique qu’au niveau des émotions, des expressions et de la mise en scène.
Ce qui me frappe le plus, c’est la haute qualité de ce qui ressort de ce joyeux délire collectif. D’ailleurs, je devrais toujours garder cela à l’esprit durant les séances pros qui font partie de mon quotidien : je n’ai pas à être toujours aussi perfectionniste et aussi maniaque ! Promis, dès aujourd’hui, je vais tenter de faire preuve d’un peu plus de légèreté…

Sites des membres de cette joyeuse bande :

Et remerciements spéciaux à Laurent, l’époux de Babylie, ainsi qu’à Céline et Arthur, la femme et le fils de Fabrice !

Retrouvez aussi mon interview.

… Mon site en tant que modèle: www.virginievanos.jepose.com
… Mon site en tant que photographe: www.virginievanos.ovh.org

Avez-vous apprécié cet article?

Aucun commentaire

Ecrire un Commentaire