Mai 22 2015

Interview de Rudy Burbant

Publié par à 13:05 dans Interviews de photographe

Les Highlands d'Ecosse– Bonjour Rudy, qui êtes-vous?
Bonjour, je suis Rudy BURBANT, photographe à Nantes. Indépendant depuis maintenant 8 ans (déjà..) J’ai 32 ans, je travaille principalement pour les besoins en communication d’entreprises au travers de reportages photos événementiels, de portraits, de reportages industriels. Je photographie également le patrimoine, l’artisanat et les paysages pour des collectivités locales désireuses de mettre en avant leur territoire. Tout cela entre autre, car j’ai la chance d’intervenir dans des domaines photos très variés comme l’architecture ou la photographie de sport et de spectacle. Mon portfolio dans tout ces domaines est visible sur mon site internet : www.rudyburbant.com . Pour les particuliers je suis photographe de mariage. Ca fait pas mal de changement dans mon quotidien de photographe et c’est vraiment ce qui me plait.

– Votre travail est très varié. Quelles sont les raisons d’une telle diversité ? Avez-vous un domaine précis que vois maîtrisez parfaitement?
Je n’ai pas fais d’études de photographie et suis plus ou moins autodidacte. J’ai eu la chance de faire un stage chez un photographe professionnel quand j’avais 23 ans, il travaillait dans tout ces domaines de l’entreprise mais lui faisait aussi pas mal de photos de studio packshot et mode. J’ai éludé ces deux domaines là qui ne me parlaient pas du tout pour me concentrer sur l’événementiel qui est vraiment celui que je maitrise le plus car il se rapproche du photo reportage que j’affectionne. Je suis vraiment le plus à l’aise dans la photographie sur l’instant et ceci que ce soit dans un reportage d’actualité sur le vif comme j’ai pu le faire lors d’une manifestation alter mondialiste à Londres que dans un événement sportif comme un tournoi de boxe amateur que j’ai photographié dans l’est de Londres.

Mais ces domaines ne permettent pas de gagner sa vie correctement, j’ai donc orienté mes compétences au service d’événements d’entreprises, de collectivités et de particuliers principalement. A coté de ça, ma seconde activité principale, la photographie de territoires me permet de poser les choses avec un autre regard et d’autres sensations, je trouve très agréable de mettre en valeur le patrimoine, l’artisanat ou les paysages d’une région, c’est très valorisant je trouve. Une photographie au temps plus long.
G20 LondresPhoto du G20 à Londres
– Quelle direction souhaitez-vous prendre à moyen et long terme? Aujourd’hui quels sont les contrats que vous reveriez d’obtenir?
Je m’attelle a pérenniser ces domaines là principalement pour le moment. Une fois que ce sera le cas j’espère surtout auto financer des projets de reportages photos documentaires qui me tiennent à coeur. Une approche humaniste et desinteressée. La photographie au sens le plus noble à mes yeux. Ce qui ne m’empêche pas d’accorder la plus grande attention à chacune des commandes que je reçois et à y prendre plaisir !

– Très bien. Quelle importance accordez-vous au matériel ?
Portrait industrie par Rudy BurbantTrès bonne question. Le matériel est évidemment très important, mais dans une période à tendance consumériste en technologie j’essaie de ne pas me laisser emporter par l’appelle des fabricants et je garde le plus longtemps possible les boitiers dans lesquels j’investis. Mon D700 a maintenant presque 6 ans et j’en suis toujours très satisfait, il répond tout à fait à mes besoins de photographe, j’espère pouvoir le garder encore un bon moment .. Concernant les optiques je fais aussi le choix de ne pas m’encombrer de zooms très encombrants et onéreux. Je travaille principalement en focales fixes (20, 35 et 50mm) et dans de rares cas j’utilise un téléobjectif de 80-200mm. La contrainte est évidemment de se bouger un peu plus sur des événements pour trouver le meilleur cadre et changer d’objectif, mais ça permet de rester vif !

– Qu’est-ce qu’une bonne photo?
Je botte en touche.. je vous conseille le magazine 6 mois, il est plein de bonnes photos de photographes talentueux. Une vraie source d’inspiration pour de futurs reportages.

– Quel est votre meilleur souvenir photographique?
Je pense tout de suite à la découverte du développement et du tirage argentique noir et blanc. Cet instant où ma première photo s’est « dessinée » petit à petit sur cette page blanche dans le bac du révélateur… Si il n’y a évidemment aucune magie dans le procédé, j’y ai trouvé beaucoup de poésie.

– Racontez-nous une (ou plusieurs) expérience qui vous a marqué.
Sans hésiter ce reportage à Londres lors de la manifestation altermondialiste anti-G20 du 1er Avril 2009. Au bout de 2h de reportage à la mi journée je m’apprête à quitter les lieux lorsque je m’aperçois que la police à bloqué les manifestants sur cette place. Une séquestration de 10h sans aucune explication… Qui se termine dans la nuit par un couloir entre les camions de la police où chaque personne présente (manifestant ou non) devait passer un à un pour se faire photographier avant de quitter les lieux.
Une danseuse sur la routePhotographie de platTerrasse d'hôtel

– Citez votre top 5 des photographes
Plutôt que de citer un top 5, je citerai 5 photographes dont le travail me parle beaucoup. Martin Bogren, un photographe suédois auteur de travaux à la fois bruts et poétiques. Raymond Depardon, tant sur son oeuvre de photographe que de documentariste d’ailleurs. Don Mc Cullin, notamment pour ces photos du conflit en Irlande du Nord. Sophie Calle pour la photo plus contemporaine. Et un collectif que j’admire par dessus tout, Tendance Floue, qui raconte les territoires, les hommes et les femmes, au travers de regards croisés.

– Lorsque vous prenez une photo à quoi pensez vous ?
Au début je pensais évidemment beaucoup à la technique. Maintenant que la maitrise technique est là, je me focalise sur la composition et le ressenti.

Château de PlessiBourreConnemara en Irlande

Avez-vous apprécié cet article?

Aucun commentaire

Ecrire un Commentaire