Interview de Jacques Mateos

4 septembre 2010 2 Par vincent

Photo Mateos– Bonjour Jacques, qu’est-ce qui vous a poussé à faire de la photographie votre métier?
Bonjour, la photographie est une passion depuis 1977. J’ai acheté mon 1er boitier quand j’étais en terminale et mes idoles étaient les grands reporters et en particulier Marie Laure de Decker avec ses travaux en Afrique (notamment le Tchad).
J’ai toujours été attiré par la photo sociale, et j’ai décidé de devenir professionnel quand je me suis rendu compte que j’avais accumulé un savoir faire utile et connexe dans ma relations avec les gens que je photographie. Le photograhe passe 30 % de son temps à faire des photos, le reste c’est « trouver » des contrats, les négocier puis les livrer. Les prises de vue ne représentent qu’une petite part et est couvert par la technique. La technique ne suffit pas.
Donc tout ce qui concourt avant et après est fondamental: la communication, l’organisation, et finalement la relation client. Si il manque un des éléments c’est difficile de se lancer.

– J’ai été marqué par vos photos de bébés et d’enfants, pouvons-nous évoquer plus en détail ce domaine?
Oui bien sur 🙂

– Y a t-il eu un élément déclencheur qui a fait qu’à un moment donné vous vous êtes perfectionné dans ce domaine de la photo d’enfant ?
Non , c’est naturel. Cela vient du fait que « je passe bien » avec les enfants, y compris les ados. C’est associé à ma voix, ma façon de parler d’écouter. J’aime les gosses (j’ai 4 filles) je me suis jamais considéré comme un « adulte » par rapport à eux. C’est difficile à expliquer, mais par exemple j’arrive à calmer un bébé qui pleure, je suis très patient.
J’ai donc réussi à obtenir des choses que les parents ne savaient pas obtenir, je ne suis pas le seul non plus mais je pense que c’est la caractéristique des photographes d’enfant.
puis cela s’enchaine car c’est « facile », cela se voit sur les photos et les gens viennent à vous.

– Pouvez-vous donc nous récapituler les qualités qu’un bon photographe d’enfant doit avoir ?

  • déjà comprendre ce que veulent les parents : du naturel, de l’accessoirisé, du fun, de l’artistique ?
  • ne pas presser l’enfant, travailler à son rythme (périodes courtes répétées)
  • canaliser les parents, dernièrement j’ai fait des photos pour un petit garçon de 3 ans pour une agence de mannequin, très beau, très « poseur », j’ai fait sortir la maman dans le couloir pour ne pas influencer l’enfant et pendant 15 mns on était vraiment égal à égal, il avait pas du tout le comportement d’un gamin de 3 ans, quand la mère est revenue, c’était fini, caprices etc etc…
  • rester sur ce que l’on sait et on aime faire. Un jour une maman vient avec son mari, sa fille de 3 ans et le petit bout de 6 mois et me dit j’adore ce que fait Anne Geddes, je lui réponds sur le ton de la plaisanterie: « on commence bien car moi, pas du tout ! ». Puis j’ai fait l’effort de l’écouter, on a accessoirisé un peu mais on a travaillé à ma façon, centré plus sur l’émotion et laisser les enfants bouger « en continu » ça a donné lesphotos de la petite au tutu mauve (2ème photo ci-dessous), les gens adorent et c’est un bon souvenir.


– Travaillez-vous en studio, dehors ou chez les clients ?
J’aime travailler chez les gens pour les bébés et enfants sachant que je travaille beaucoup sur l’émotion de la relation avec les parents. Cela dit les clients me demandent beaucoup de photos « plus artistiques » avec une touche « studio » et de plus en plus avec une notion d’accessoire.
J’aime travailler en extérieur, mais j’ai beaucoup de clients urbains qui veulent du studio. Cela dit, j’essaye de pousser sur l’exterieur.
Le studio permet d’offrir des prestations courtes à un cout interessant, n’oublions pas que c’est un métier et donc que cela doit être rentable (garder ça en tête) on ne peut pas concevoir de passer 3 heures dehors (trajet inclus) pour une somme dérisoire, le studio le permet. Ainsi j’ai fait de jolies photos très émotionnelles avec des couples à budgets limités.

– Quel temps accordez-vous à tout ce qui n’est pas séance photo (contact clientèle, post traitement…) ?
Un temps important en fait… je dirais 60 -70% :

  • 30% prise de vue
  • 30% travail associé à la prise ‘telephone, post production, comm de mail)
  • 30% admin: mail, réponses, marketing et comm
  • 10% de divers


– Quelle importance accordez-vous au matériel photo? Qu’utilisez-vous essentiellement et pourquoi un tel choix?
En studio: Canon EOS 1 DS MKIII pour sa capacité à faire le focus rapidement dans toutes les circonstances, à domicile ou en exterieur j’utilise aussi un EOS 5D II.
Côté optique studio j’utilise un 24-70 avec du flash, et focale fixe à grande ouverture en lumière continue type 50 1.4 ou 85 1.2.
En extérieur ou à domicile j’utilise un 24 1.4.
Ensuite à domicile j’utilise des réflecteurs de grandes tailles, ce qui est assez important.

– Pouvez-vous nous faire découvrir ou citer 3 sites de photographe que vous appréciez ?

  • Mathilde Magne. J’aime beaucoup la légèreté et la pureté de ce qu’elle fait.
  • Simply Rosie, les autres ne sont que des copies. Beaucoup de poésie et d’originalité. Elle représente une tendance romantique aux Etats Unis comme l’a représentée Sarah Moon dans les annés 80

Je cite ces 2 là car ce sont des styles à l’opposé, mais je les aime toutes les deux, avec un niveau de pureté dans le détail qui est remarquable.

  • Pour le 3ème je citerais un modèle business : http://www.venturephotography.com/uk/ développé en UK d’abord ils ont apporté un style studio éditorial et une méthode de travail.

– Et voila, l’interview est terminée. Un grand merci à vous en espérant que vos réponses intéresseront mes lecteurs (j’en suis convaincu). Comme à mon habitude, je vous laisse conclure…
Faites ce que vous aimez, faites le bien.
Photo Mateos
Pour plus d’informations sur le photographe Jacques Mateos, je vous invite à visiter ses sites officiels :