Jan 15 2009

Interview de Stefan De Lay

Publié par à 8:13 dans Interviews de photographe

Kyla HallKyla Hall à Paris– Bonjour Stéfan de Lay, pouvez-vous vous présenter brièvement ?
Je suis tombé accidentellement dans la photo à 20 ans. Depuis, je cherche toujours à faire la bonne photo.

– Une question que l’on a souvent dû vous poser : « pourquoi avoir choisi exclusivement le noir et blanc » ?
Le noir et blanc? Parce que c’est plus picturale, la réalité ne saute pas aux yeux, elle s’interprète. Les couleurs nous envahissent, le noir et blanc est une interprétation, une sensibilité de la réalité et nous en détache.

– Êtes vous directif avec votre modèle lorsque vous réalisez une image ou shootez-vous sur le vif en laissant exprimer les caractères de chacun ?
La photo que l’on peut voir d’un modèle est la photo qu’elle m’inspire et lui convient, comme si je lui rendais le fruit de se qu’elle m’inspire. Je ne la dirige donc pas mais je ne shoote pas sur le vif, les séances sont très lentes et concentrées vers ce que nous nous étions fixé le modèle et moi. Je n shoote pas sur le vif car j’aimerais faire des photos comme l’on peint un modèle. C’est un truc très branché de shooter dans le vide en espérant capter quelque chose et en prononçant des encouragements comme: « oui vas-y, tu es belle, oui superbe, laisse-toi aller etc… Personnellement je préfère composer mes images avec le modèle.

– Peu de vos photos sont prises à l’extérieur, serait-ce pour chouchouter vos modèles ? Ou justement c’est lié au fait que pour composer une image il faut du temps et en extérieur on a souvent des contraintes « extérieures »
Alors là, je ne sais pourquoi. Vous êtes le premier à me le faire remarquer. Je pense que cela doit venir du fait qu’un intérieur présente bien des commodités, il y a du courant pour mes spots ciné, et le confort nécessaire, effectivement.
Vous ajoutez une remarque pertinente: en extérieur il y a beaucoup de contrainte. Une remarque en passant, on passe plus de temps parmi des intérieurs et c’est donc là que se croise plus de femmes en situation photographique. L’intimité ne sort pas beaucoup en balade.

Indira cagibiIndira cagibiFemme poupéeFemme poupée– Comment abordez vous la première rencontre avec le modèle, faîtes vous des rencontres préalables ou bien rentrez-vous rapidement dans la vif du sujet. Un climat de confiance doit s’instaurer je suppose et cela ne se fait peut être pas en quelques minutes ?
Je ne cherche pas de modèle. Je réponds à la demande. D’un modèle ou d’une simple femme que j’ai photographié, c’est l’ouïe dire qui fait son chemin. Peut-être devrais-je dire les coups d’oeils qui se posent sur mes images qui donnent l’envie à d’autres femmes de me rencontrer.

Êtes vous réfractaire au numérique ?
Réfractaire au numérique? Absolument!!!!

– Pourquoi ?
L’art nécessite le talent. Le talent est la maîtrise de matières, d’objets qui sont à votre disposition pour que vous les agenciez dans le but d’atteindre un résultat. Dans la peinture, il y a des pinceaux des tubes de couleurs, des liants, des diluants, des couteaux, des supports variés qui vont rendre différemment votre travail. Dans la photographie, c’est la même chose, il y a de l’éclairage à maîtriser, le choix de la pellicule, le traitement de la pellicule, les tirages manuels et cela impose une discipline. Une conscience professionnelle de chaque geste chaque choix qui ne procèdent pas du hasard.
(Suite de la réponse précédente) Aujourd’hui, on a donné au citoyen lambda la multitude de matière, d’outils et de compétences que les artistes reproduisaient avec leur savoir. Les photographes qui pratiquent le numérique (sont-ils des photographes?) ont à leur disposition via le photoshop tout ce qu’il serait normalement convenu de maîtriser.Making offMaking offAujourd’hui, n’importe qui peut faire des « photos » en s’appuyant sur l’infinité des possibilités de photoshop. Pour vous donner une idée de comparaison: chaque photo que je fais, je ne la shoote qu’une ou deux fois, et je la garde. Un photographe numérique shoote dans une séance entre 100 et 400 photos. Dans une séance  je fais à peu près 4 pellicules de 12 vues et j’obtiens +/- 8 photos.

– Y a t-il des peintres qui vous inspirent ?
Les peintres ne m’inspirent pas car je ne pourrai jamais me hisser à leur qualité. Si je ne m’inspire pas des peintres, je ressens néanmoins la discipline qui caractérise leur art.

– L’excellence passe par l’exigence et l’intransigeance ?
Oui absolument. Et on n’y arrive jamais. La vie est trop courte pour balayer ses incompétences et se hisser quelque part.

– Quelles sont, selon vous, les qualités nécessaires pour devenir un bon photographe ?
Savoir employer un appareil manuel, traiter ses films et ses tirages. Au préalable: avoir un oeil!
Ceux qui pratiquent le numérique sont des infographistes, ce ne sont pas des photographes.
Dit-on dit type qui sort des impressions jet-d’encre d’élucubrations graphiques quelconques qu’il est un peintre? Dès lors qu’il utilise un logiciel?

– J’imagine qu’il y aura des réactions à ce sujet dans les commentaires de l’interview
Les réactions sont bien connues.
Jean-Loup Sieff a paraphrasé mon livre avant sa mort.
Je voulais dire que Sieff a mis un mot d’estime dans mon bouquin. J’y trouve une note de noblesse quant à la profession de photographe. Je suis l’un des derniers à faire de la photographie, il faut s’en rendre compte.

– Quels sont les photographes qui pour vous forcent l’admiration ?
Il y a dix ans, je connaissais les photographes qui étaient considérés comme « professionnels ». On en comptait une cinquantaine entre la France ,et la Belgique. Aujourd’hui, les gens qui se proclament photographes sont plusieurs milliers.
Boubat, Avedon, Man Ray, Sieff, Newton, Mapplethorpe, Doisneau, toute la génération de ce qui EST la photographie.
Bande VelpoBande velpoDraghixaDraghixaDiva usineDiva usine
-Concernant votre actualité de 2009, quels sont vos projets et prochaines publications ?
Rien de différent des années précédentes: faire ce qui me plaît quand ça me chante.

– Voila une bonne résolution de début d’année! Quels rêves aimeriez-vous réaliser?
Laisser un bon souvenir à mes enfants.

Un sincère merci pour vos réponses que je trouve très enrichissantes. A bientôt
Merci à vous également. Bien à vous et félicitation pour votre entreprise.

Avez-vous apprécié cet article?

10 commentaires

10 commentaires pour “Interview de Stefan De Lay”

  1. girl-of-84 le 15 Jan 2009 à 18:53

    bonjour je trouve cette photo particulièrement intéressante ça m’intéresse beaucoup car j’aimerai devenir photographe bien que j’ai du chemin à faire encore, j’aimerai si vous avez un peu de temps que vous me renseignez sur quelques points concernant la photographie merci.

  2. Airwhite le 16 Jan 2009 à 18:11

    La bonne claque pour la photographie numérique. Quand j’ai lu la question, je me suis dis, mais quelles conneries il va nous sortir, et bien les mêmes que tous les photographes qui ne maîtrisent pas les outils numériques…

    Aucun intérêt

    J’ai adoré le passage ou il dit que la photographie couleur c’est de la merde, ou un autre domaine qu’il ne maîtrise pas.

    Sinon de bonnes photos 🙂 du nu, du noir et blanc, ça peut que plaire.

  3. Deneb le 16 Jan 2009 à 20:27

    Est-ce qu’une poésie écrite au clavier est moins poétique que celle écrite avec une plume?

  4. hahahaha ca m’amuse ce dédain pour le numérique.

    Le plus triste c’est que ca le coupe de tellement de resources (au fait en musique je suppose qu’il ecoute tout au naturel sans reverb, delay etc?)

    Le génie et ce dans n’importe quel domaine (sciences, art etc.) n’est-il pas de pouvoir associer les techniques de différents ‘univers’?

    Un discours hautain, pretentieux (l’art necessite le talent dit il, en plus monsieur doit être philosophe….) je trouve.

  5. Mayou le 22 Jan 2009 à 17:40

    Entre les affirmations stéréotypée et le manque certains de modestie, les photos sont vraiment très agréables à regarder.

    Monsieur, vous présentez vos clichés sur internet! Vous êtes donc passé au numérique! C’est dure à dire, mais c’est bien la réalité…

  6. Thomas le 26 Jan 2009 à 13:23

    « Je suis l’un des derniers à faire de la photographie, il faut s’en rendre compte. »
    Hum hum… non là, je pense que nous ne sommes même plus dans la prétention. Il faudrait trouver un autre terme pour ce monsieur !
    Je pense que ce mec là a la sensibilité d’une chaise.

    Merci d’avoir publié cette interview qui m’a bien fait marrer !

  7. photographe bruxelles le 22 Fév 2010 à 22:49

    Bravo Stef!
    Quel talent, à bientôt!
    Michel

  8. photos 3d le 26 Mai 2010 à 13:29

    Génial ces photos! J’adore!

  9. Fred le 30 Mai 2011 à 13:57

    Numérique ou analogue, peu importe pour moi.
    De sont des images géniales, plein de fantaisie, d’imagination en même d’humour.
    J’aime très fort!

  10. J'ai un iphone, je suis photographe le 04 Juil 2014 à 4:00

    P***** les commentaires de vieux rageux a mateurs qui ont acheté leurs apn à la fnac.
    Et le pire c’est qu’ils pensent que c’est lui le bras cassé.
    Quand vous serez publiez messieurs les bras cassés, peut être vous pourrez parler.
    Qu’importe que ça a été posté y’a 5 ans, c’est pour ceux qui liront que je poste.

    Oui la photographie c’est ça, pas que, mais aussi, un savoir faire que vous bras cassés du photoshop ne savez pas maitrisez.
    En ce moment, il y a un film sur vivian maier qui vient enfin de sortir.
    Je vous invite à aller le voir, les bras cassés.

Ecrire un Commentaire