Avr 03 2008

Interview de Gérald Moyer

Publié par à 23:10 dans Interviews de photographe

Gérald Moyer Glamour– Bonjour Gérald, comment êtes-vous venu à la photographie, plus particulièrement à mettre en valeur les femmes ?
Bonjour, complètement par hasard, je ne pensais pas devenir photographe professionnel. Il y a quelques années, j’ai voulu m’essayer à la peinture. Ne sachant pas peindre sans modèle, je me suis inspiré des travaux photo des photographes de mode sur internet. Leur travail sur la lumière m’a très vite fasciné et j’ai eu envie de me confronter à cette expression artistique. J’ai donc investi dans un petit APN de catégorie bridge et l’aventure a commencé.
Par la suite, mes photos ayant commencé à circuler, j’ai eu de nombreuses demandes spontanées, j’ai donc du m’installer en tant que professionnel.
Mon travail de photographe s’est très vite orienté vers une mise en valeur de la beauté féminine. Réaliser une image que l’on peut voir à l’œil nu ne m’intéresse pas beaucoup. Je préfère sublimer le modèle et réaliser des photos plus travaillées, plus rares afin de ne pas glisser vers une certaine forme de banalité.
On vend du rêve, non ?

Gérald Moyer– Quels seraient les termes qui caractériseraient votre travail ?
C’est toujours difficile de catégoriser une démarche de type artistique, mais je peux toutefois affirmer que mon travail consiste plus en une recherche de perfection esthétique plutôt que vers l’émotion simple. Au final, mes photos comportent 50% de prise de vue et 50% de travail de retouche. Ce qui me vaut des critiques assez virulentes de photographes puristes et « anti-photoshopiste ». Certains vont jusqu’à dire que je ne suis pas photographe. Peu m’importe, appelez–moi donc créateur d’image, ça me convient parfaitement.

– Avez-vous été influencé par certains photographes ?
Oui, à mes début quand je cherchais des images pour mes peintures. Mais très vite, j’ai essayé de ne pas trop regarder ce qui ce faisait ailleurs par peur d être trop imprégné et donc de copier. Je voulais développer l’identité propre à mes images. C’est seulement maintenant que mon style est bien ancré, que je peu commencer à admirer ce qui se fait ailleurs.

Virginie– Quelle photo rêveriez-vous de réaliser ?
C’est évidemment LA photo impossible à réaliser : un thème unique, un contexte magique, un environnement hors du commun, un modèle sublime. Je fais aujourd’hui les photos dont je rêvais hier. Je ne m’impose pas de limites artistiques pour mes prochaines photos. La recherche de la perfection à tous les niveaux reste le moteur de ma passion.

– Vous proposez aux modèles la réalisation de leur book. Comment cela se passe t-il concrètement (de la rencontre au résultat final) ?
Le 1er contact se fait par téléphone ou par mail. Je n ai pas le temps de rencontrer les modèles avant la prise de vue. Toute l’organisation de la séance se fait au téléphone. De la prise de rendez-vous, au style des photos désiré. Le jour J, je réserve un accueil d’une heure environs pour briser la glace, boire un café et parler de ce que le modèle attend vraiment des photos.Ana Zivkovic Ensuite elle passe entre les mains de ma maquilleuse avant d allez en studio, où commence un véritable coaching sur le comportement à avoir : les expressions à donner, je lui apprends ce qui fonctionne ou pas avec son regard, ses yeux etc.…

Ensuite commence réellement la séance, on change de tenues, on renforce le maquillage, la coupe de cheveux. A la fin de la séance on visualise toutes les photos, et là commence la terrible sélection des photos ensemble. Après, selon la période, il me faut entre 10 et 15 jours pour faire les retouches des 10 à 20 photos sélectionnées par le modèle.

– Travaillez-vous beaucoup vos photos en postproduction ?
Oui comme je l ai dis précédemment, il y a 50% du résultat final à la retouche. Pour un book, je compte une heure de retouche par photo. Pour de la pub cela peut allez jusqu’ à 4h voir plus.

Anna– Quel matériel utilisez-vous ? (expliquez un peu vos choix)
Je travaille sous Canon, mais pour moi peu importe le boitier. Ce qui importe, c’est de connaître la destination finale des photos de vos clients. Pour le book d’un modèle, tirage A4 + site web, un boitier Canon 40D suffit .Pour du catalogue, plv et affichage urbain il faut passer plus sur un 1Ds mark III voir un dos numérique.
En ce qui concerne l’éclairage, j ai un générateur profoto D4 + des compacts flashes Elinchrome.
J’ai la chance de disposer d’un petit studio, c’est capital pour réaliser des photos professionnelle.

– D’après votre expérience, auriez-vous des conseils à donner d’une part aux photographes amateurs voulant se lancer dans la photographie de mode et d’autre part aux modèles ?
Pour les photographes amateurs le premier conseil que je me permettrais de donner, est de ne pas écouter ceux qui nous disent que le métier de la photo est bouché. Si on veut on peut, j’en suis la preuve car il y a 4 ans seulement que j ai appuyé pour la première fois sur un bouton d appareil photo. Cela demande beaucoup de temps et de travail, mais quand on aime on ne compte pas.

Pour les modèles, la première chose à faire est de constituer un book de qualité. Pour cela, il faut bien choisir ses photographes. La multiplication des séances permet de se sentir de plus en plus à l’aise dans les poses et les attitudes. Après il ne faut pas hésiter à enlever les photos de vos débuts de votre book si les suivantes sont meilleures. Mieux vaut primer la qualité que la quantité. Il faut aussi s’efforcer de na pas s’enfermer dans une seule catégorie. Par exemple, ne pas se faire juste un book mode si vous avez les capacités de poser pour des photos de beauté ou de la lingerie.

Samirah

– Quels sont vos projets à venir ?
Je viens de finir une pub pour un parfum, je travaille actuellement sur de l’affichage pour un salon de coiffure et j’enchaine sur un catalogue de lingerie.

– Quels sites fréquentez-vous régulièrement ? Quelques adresses de photographes ou modèles coup de cœur ?
J’ai très peu de temps pour surfer sur le net, répondre ou participer à des forums sur la photographie. Les photographes que j’admire sont : Gérard Rancinan, Lachapelle, ou Demarchelier.

Pour les modèles : Virginie pour qui tu as déjà fais une interview, et qui a un gros potentiel avenir et une grande motivation. Morgane (interview à venir) et Anna

– Merci Gérald. Ce fût un réel plaisir 😉
Merci à toi Vincent, pour ta confiance et ton intérêt pour mon travail.

Avez-vous apprécié cet article?

Commentaires fermés sur Interview de Gérald Moyer

Les commentaires sont actuellement fermés.