Interview de Prisca Mannequin

23 février 2008 0 Par vincent

Prisca, jeune mannequin professionnelle, a gentillement répondu à mon interview. Elle a déjà de solides références dans le milieu et souhaite évoluer dans le domaine de la publicité.

Aubade leçon 52– Bonjour Prisca, décrivez nous un peu votre parcours professionnel.
J’ai constitué un book à l’age de 21 ans (après conseil de mon ex-copain) et je me suis inscrite dans plusieurs agences parisiennes. En 2001, suite à ma participation au salon de la lingerie à Paris où j’ai laissé plusieurs composites, j’ai travaillé pour la marque AUBADE (leçons 50, 52 et 53) et cela m’a fait une réelle carte de visite de qualité. J’ai donc par la suite collaboré avec une multitude de marques de lingerie (BARBARA, CHANTAL THOMASS, LISE CHARMEL, PASSIONNATA, RIEN, RAVAGE, LE JABY…) sur différents types de supports : catalogue, internet, mannequin cabine, salons…. Depuis je me suis un peu diversifiée et je cherche actuellement à étendre mon domaine de compétence vers la publicité.

– Avez-vous rencontré des difficultés pour arriver à vous démarquer en tant que mannequin ?
Non car il y a du travail pour tout le monde et mes référence m’ont beaucoup aidé. De plus, je suis indépendante depuis 3 ans et je peux de ce fait facturer mes clients (ce qui est le cas de très peu de modèles).

Portrait Prisca– Quels conseils donneriez-vous à une fille souhaitant faire du mannequinat ? Quelle est votre vision de ce milieu ?
Je n’ai pas de conseils à donner. C’est un milieu très spécial, il faut du caractère et de l’expérience : une jolie frimousse ne suffit pas, il y a des milliers de jolies jeunes filles ! Les atouts indispensables sont d’être sérieuse et volontaire, le travail ne tombe pas tout seul !

– Quelles sont les photos dont vous êtes la plus fière ?
Je n’ai pas vraiment de fierté par rapport à mes photos. Ce que j’aime dans ce métier c’est de pouvoir donner différentes facettes de ma personnalité et de montrer des visuels très diversifiés ! Souvent les gens me traite de caméléon !

Lingerie Rien– Des photographes avec qui le courant s’est très bien passé et avec qui vous aimeriez travailler à nouveau ?
Pas précisément ! J’ai toujours un très bon contact avec les photographes ! Je suis quelqu’un de simple qui ne râle jamais. Eventuellement, j’aimerais bien refaire une séance photo avec Christophe Mourté qui était mon premier photographe car avec l’expérience que j’ai acqui durant toutes ces années, je pense que le résultat serait très concluant.

– Avez-vous en tête un fait marquant (ou plusieurs) lors d’un shooting particulier ?
Effectivement, durant mon parcours, j’ai vécu certaines fois des choses pas très réglo mais je n’ai pas envie d’en parler. Tout ce que je peux dire c’est que ça fait avancer et je ne regrette rien.

Lingerie Barbara Prisca– Que pense votre entourage de votre métier ? Etes vous fière de ce que vous faite ? Comment voyez-vous votre avenir dans 20 ans ? (difficile question)
En fait je suis Chambérienne d’adoption depuis 5 ans et je dois avouer qu’au départ j’ai eu du mal à m’intégrer (surtout auprès des femmes) : il faut avouer que c’est un métier très atypique et beaucoup de gens ont des a priori dessus très faussé (être grande, être maigre, être jeune…). Ce métier me passionne et ça prendrait du temps de vous expliquer ce qu’il en ai exactement mais c’est propre à chacun, il n’y a pas de règle ni d’age limite. Tant qu’on arrive à évoluer intelligemment et à se remettre en question, ça ne peut que durer. Pour ce qui est de la projection dans 20 ans, je ne me fais pas de soucis : actuellement, je me suis tissée un panel de contacts et j’essaie de passer petit à petit dans la publicité. Pour cela j’ai créé un book « REFLET » qui retrace ma carrière jusqu’à ce jour que j’adresse aux différentes agences de communication et de publicité. Il faut se donner les moyen et je suis très confiante !

Son site internet : http://www.prisca-mannequin.com

Prisca robe noire